Visiter la grotte

Depuis les années 1990, suivant en cela les propositions de Norbert Aujoulat, grand spécialiste du milieu souterrain et conservateur au Centre national de Préhistoire, responsable du département d’art pariétal, la nouvelle administration de la grotte (relevant du Centre des monuments nationaux) a mis en place une politique conservatoire radicalement différente. Elle favorise en effet la prévention des risques et cherche à limiter au maximum les interventions techniques. Suivi climatique permanent, contrôle biologique régulier, etc., ont permis la définition par le laboratoire d’hydrogéologie de Bordeaux d’un seuil d’équilibre fondé sur le principe de la stabilité et de l’autorééquilibrage de la cavité : toute grotte peut supporter sans dommage une légère modification de son milieu, pour autant qu’elle soit très passagère. L’élévation de la température par exemple – chaque visiteur représente un micro radiateur de 50 à 100 watts ! – doit être suffisamment faible, y compris en été, pour que la cavité retrouve sa température naturelle quotidiennement. Le seuil a été récemment déterminé à 80 personnes par jour (pour 30 mn de visite). Le bénéfice est évident : depuis plusieurs années, Font-de-Gaume est parfaitement stable et ne nécessite plus aucun traitement. Sous réserve des modifications du régime climatique actuel, le public devrait pouvoir fréquenter cette cavité sans lui faire courir de risque majeur pouvant entraîner la disparition de ses œuvres.