Visiter la grotte

Grâce à la générosité de Léon Delmares, la grotte de Font-de-Gaume devient propriété de l’État (administration des Beaux-Arts) peu de temps après sa découverte. Sa protection au titre des Monuments historiques intervient le 3 juillet 1902. Il faut néanmoins attendre quelques années encore pour mettre un terme au vandalisme qu’elle avait subi depuis des décennies (cf. graffitis). L’ouverture au public intervient en 1910. Son électrification, en 1920, en fait la première grotte aménagée pour les visites publiques en France. Après un siècle, son succès n’est pas démenti. Dans les années 1990, l’État peut enfin racheter les terrains dominant l’ensemble du réseau et maîtriser ainsi cet espace sensible. Aujourd’hui, Font-de-Gaume est affecté au Centre des monuments nationaux, qui assure, au nom de l’État, son accessibilité au public mais aussi sa conservation et gère l’ensemble de ses travaux d’entretien.

Dès l’origine, les auteurs de la célèbre monographie de 1910 s’étaient intéressés aux problèmes de conservation de ce patrimoine extrêmement fragile. Ils avaient notamment, avec beaucoup de perspicacité, imputé aux aménagements médiévaux de son entrée et du réseau avant le Rubicon (abaissement du sol) l’érosion quasi complète du décor des premiers mètres du réseau par augmentation des circulations d’air. C’est en effet en secteur stable et confiné que la conservation est la meilleure.