Visiter la grotte

À partir des années 1950, les études de Max Raphaël, Annette Laming-Emperaire et André Leroi-Gourhan élaborent une interprétation structuraliste des grottes ornées. Il ne s’agit plus de rechercher une signification qui nous échappe forcément, mais de saisir la portée symbolique de cet art, sa logique de composition qui permet de proposer, selon Leroi-Gourhan, la « disposition idéale d’un sanctuaire paléolithique ».

Cette interprétation repose sur des observations jugées par de nombreux chercheurs actuels comme largement subjectives : typologie sexuelle des animaux, dénombrements des figures préalables aux statistiques, division des cavités en zones distinctes… Les découverts récentes ont par ailleurs révélé des ensembles auxquels le schéma théorique ne s’applique que très imparfaitement.

Éléments tirés de l’article de Jean Clottes dans la revue d’histoire du CNRS :http://histoire-cnrs.revues.org/553